Présentation du comité

Le “Comité Mawda – vérité et justice” est constitué de citoyens d’horizons divers, tous et toutes extrêmement choqué.e.s par la mort de la petite Mawda, tuée par balle sur une autoroute belge.

Afin de «faire la lumière sur l’enchaînement d’événements qui ont abouti à ce drame» (Charles Michel), l’enquête devrait instruire la succession des responsabilités ayant conduit à la mort de Mawda. Alors que le parquet fédéral va reprendre le volet «trafic d’être humain» au parquet de Mons, celui-ci conservera l’enquête concernant le tir du policier. Il est évidemment trop tôt pour tirer des conclusions définitives mais l’enquête judiciaire en cours ne concerne que le policier auteur du coup de feu mortel. Il est bien évident que la responsabilité pénale de ce policier doit être déterminée dans le cadre de l’instruction.

Cependant, au-delà de la responsabilité individuelle, se posent des questions légitimes sur les responsabilités politiques, notamment l’incidence des politiques migratoires menées par le gouvernement, l’influence des discours haineux à l’égard des migrants, la confusion entretenue entre passeurs et victimes, ainsi que les pressions exercées sur la police de la route pour qu’elle intervienne dans les arrestations de migrants.

Nous attendons de l’enquête qu’elle réponde également à des questions sur les violations graves des droits des victimes qu’ont subies les parents de Mawda : pourquoi ont-ils été privés de leur liberté, pourquoi n’ont-ils pas pu accompagner leur fille dans l’ambulance, pourquoi le jeune frère de Mawda a-t-il été détenu, pourquoi aucun suivi psychologique n’a-t-il été mis en place, etc…? La manière dont les victimes ont été traitées montre un dysfonctionnement structurel qu’il est nécessaire de dénoncer et de résoudre.

Enfin l’enquête devrait également porter sur les différentes versions communiquées par le parquet en début d’enquête judiciaire. Pour rappel, un premier médecin légiste avait annoncé que l’enfant n’était pas morte par balle et le parquet semblait formel là-dessus. Cela pose question. Nous continuerons à suivre cette affaire d’État en usant de nos droits de citoyen à différents niveaux jusqu’à ce que les responsabilités politiques aient été clairement établies et qu’un jugement contraignant aura été rendu.